AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ashes heart (Deirdre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Blaise Anenih
billions of beautiful hearts
pseudo : ashira
messages : 3
célébrité : Adonis Bosso
crédits : uc
double-comptes : pas encore
MessageSujet: ashes heart (Deirdre)   Mar 19 Déc - 20:03

A quel moment est-ce que les soirs se sont recouverts de marbre ? Le temps figé, empêtré, les jours qui défilent et l’espace vital qui s’amenuise. A quel moment est-ce que chaque lieu rêvé est devenu suffoquant, les mots, les visages, comme un arrêt sur image, quelque chose qui déraille toujours plus au moins au même moment?
Il n’est pas seul Blaise pourtant, y’a les figures qui s’échangent et se succèdent au bord des lèvres, l’ennui qui prend ses aises, la sensation de se fondre dans l’air ambiant, de s’effacer, progressivement. Mais c’était ça qu’il cherchait non ? Au départ ? Ne plus sentir les choses lui échapper, le destin se dessiner si différemment de ce qu’il s’était toujours plu à imaginer ? C’était ça le but non ? Eteindre les regards, les murmures, mais surtout cette façon qu’elle avait de l’obliger à espérer..
Mais c’est terminé maintenant.
C’est même lui qui a choisi.

Et puis, aujourd’hui il y a Natsya, Natsya elle est russe, elle est belle, sûrement bien plus brillante que la quasi-totalité du pensionnat, ça suffit pas à la rendre fascinante mais elle fait l’affaire après tout, y’a la beauté de son visage, l’accent qui embellit tous ses mots, ses grands cils battant toujours au bon moment. Cette façon de toujours se cambrer discrètement, subtilement, d’éclater d’un rire froid pour tout et n’importe quoi.
Une fille de son monde.Mais ça ne prend pas, il essaie pourtant Blaise mais toujours il y a le dégoût qui le recouvre qui surgit sans qu’il s’y attende, glissé à la commissure des lèvres, la racine de la chevelure dorée de la jeune femme, ses mots qui claquent et l’agacent temps que l’alcool ne vient pas un peu illuminer les choses.
Pourquoi est-ce que c’est si compliqué ?
De simplement vivre, sortir, s’amuser.
Faire semblant.
Oublier.
Stupidement.
Pourquoi est-ce qu’il a constamment l’esprit qui tangue vers les substances qui distribuent la lumière, pourquoi est-ce que la main de Natsya brûle la sienne quand elle s’y accroche à la nuit tombée, pourquoi est-ce même la rue surpeuplée ne l’étouffera jamais autant que cette fille-là ?

Y’a déjà les lueurs qui tournent un peu, faut dire que c’est pas tout à fait le premier verre qu’il avalent ce soir, et Blaise il s’arrête, brusquement devant un bar dont la musique tapageuse lui rappelle quelque chose, un souvenir qu’il ne parvient pas à saisir. Alors il y a ses lèvres qui glissent dans les cheveux blonds, les talons de Natsya qui crissent douloureusement contre le sol quand il se prend à murmurer « J’ai pas envie de voir les autres ce soir, j’ai besoin de changer, d’air, d’univers, je sais pas mais si tu veux tu peux m’accompagner. » Un baiser placé sans douceur sur le sommet du crâne de la jeune femme. ça n’étouffe pas le regard vaguement agacé qu’elle vient de lui lancer mais ça parvient à la faire céder. Y’a son parfum qui se dévoile, qui l’incommode.Parce que c’est pas le bon.
Pas tout à fait.

L’ambiance est lourde, joyeuse, pesante et ça fait grimacer Natsya. Changer d’air qu’il disait Blaise, mais à voir le mépris qu'elle balance aux danseurs ivres elle n’a clairement pas signé pour ça ; y’a qu’à voir comme elle fait tâche quand elle grimace devant le comptoir, qu’elle peine à se faire entendre. Alors Blaise il lui fait signe d’aller s’asseoir, la regarde s’éloigner et peut-être qu’au fond ça le soulage un peu ces brefs instants de liberté, il sait pas, il sait plus, c’est trop figé à ses côtés, trop évident pour devenir réellement intéressant. Y’a rien dans ses yeux clairs qui bousculent son monde, rien qui percute le cœur, les sens, retourne la tête et la conscience.
Pas comme avec elle.
Et soudain c’est comme un cauchemar qui se ramène, le cœur qui sursaute beaucoup trop fort quand il croise son regard, l’envie de claquer la porte dans l’immédiat. Deirdre.Surtout ne pas se laisser submerger. Qu’est-ce qu’elle fou là ? Serveuse apparemment, elle se démène comme elle peut dans le bar surpeuplé. Ne pas la regarder. Alors Blaise il glisse une expression neutre sur son visage, souris à l’autre serveuse, celle qui a l’air trop occupée. Pourtant il ne peut pas s’empêcher de sentir l’air geler à mesure qu’il observe la rousse s’éloigner.

Une heure qu’il a rejoint Natsya, et l’alcool qui n’arrive plus à effacer le visage de Deirdre, sa silhouette qui ondule autour des tables alors Blaise il lui en veut sans trop savoir pourquoi, il s’agrippe au sourire de Natsya et espère que l’irlandaise le voit. Qu’elle perçoit cette séduction qu’il simule, l’intérêt qu’il porte à la russe, les sourires, les regards qu’il y glisse, il espère qu’elle sent tout ça Deirdre, qu’elle a aussi mal que lui quand il a réalisé qu’il ne pourrait jamais vraiment s’aimer, que tous les séparait. Que lui finirait dans les bras d’une poupée comme Natsya, et qu'elle… Il n’aime pas la voir la voir vaciller entre les tables, au milieu de ceux qui aimerait bien l’arracher à ce bar et l’emmener au loin, quelque part où sa tenue étrange serait de trop, tout le reste aussi. Il voit bien les regards, les mimiques pathétiques des hommes sur son passage, les voix qui s’élèvent, les conversation qui enflent pour attirer son attention. Alors Blaise il se concentre, souris, séduis, c’est pas si compliqué alors pourquoi est-ce que tu faiblis ? Pourtant y’a son esprit qu’il sent dériver, la sensation persistante de tourner en rond, d’avoir sous les yeux de quoi s’extirper du maussade qui recouvre ses jours sans même avoir le droit d’y toucher. « On prend un dernier verre ? » Natsya elle n’aime toujours pas la musique les rires et les éclats mais elle a cette façon de le regarder, de l’accrocher à ses cils qui ne peut pas tromper. Elle est doucement ivre Natsya et pense déjà à la façon dont ils pourraient s'occuper une fois le dernier verre avalé. « Hé toi ! » Le ton est sec, trop familier. C’est Deirdre qui approche et emmène le silence avec elle, parce que Natsya elle compte sur lui pour commander, elle s’impatiente encore un peu avant de se renforgner. Il devrait faire semblant Blaise, au moins la regarder. « Prend ce que tu veux. » Son ton glacé semble percuter la jeune femme, l’extirper de la torpeur bienfaisante dans laquelle elle s’était lentement laissé glisser et Blaise il sent bien les yeux de Deirdre voleter autour de la scène, sa soudaine envie de s’effacer ; alors pour la première fois depuis des mois il laisse son regard épouser le sien. Ravale le sourire étranger qui menace de s’accrocher à ses lèvres, silencieusement cherche à excuser l’attitude de sa compagne du soir.
Elle a fini par s’eclipser Deirdre, et son parfum avec elle, alors y’a plus que Natsya et la durée de ses trait, le sourire qui n'en fini plus de déserter.
Puis le silence qui s’étire, les mots qui peinent à s’évader.
Jusqu’au retour de Deidre.
Alors y’a l’alcool qui le trahit, le sourire qui éclate, qui n’échappe pas à Natsya. Le plateau qui se renverse, la bière sur la robe de la russe qui se relève en sursaut. S’il n’y avait pas tant de haine dans ses yeux on pourrait la croire sur le point de danser, elle devrait, ça égayeraient sûrement un peu leurs foutues soirées. Y’a sa colère qui se déverse sur Deirdre, cette cruauté dont lui aussi est si souvent serti sans trop réaliser. C’est pas très beau à voir en vérité ; et ça l’agace Blaise, si fort qu’il ne peut pas s’en empêcher. « C’est bon fou-lui la paix. T’avais l’air si pressée de te barrer, tu devrais plutôt la remercier. » Il n’a pas mesuré la froideur dans sa voix, y’a le regard blessé de Natsya qui se heurte à ses barrières, les buveurs qui s’interrompent et les contemplent. Il a parlé trop fort Blaise, laissé explosé son animosité loin de ses remparts habituels. La jeune femme peine à rester digne alors elle attrape sa veste trempée, oscille un peu dans ses vêtements trop serré avant de s'en aller. Une exclamation s’élève dans l’assistance dont il ne saisit pas le sens puis le tapage reprend. Il est de nouveau presque invisible Blaise, dissimulé dans l’agitation ambiante. « C’est le moment où je suis censée lui courir après ? » maussade, il glisse ces quelques mots à Deirdre, sans pour autant oser la regarder. Peut-être qu’il a l’air stupide bouffé par cette allégresse qui n’a jamais été la sienne, menace de déborder. Pourtant ça décline subitement quand ses prunelles envahissent enfin les siennes, elle ne rit pas Deirdre, y’a pas de joie sur son visage, juste un sentiment qu’il peine à déchiffrer, comme une douleur muette qu’il ne saisirait qu’à moitié. Elle est si belle Deirdre, y’a l’alcool dans le sang qui lui donne envie de l’embrasser et tant pis pour les rumeurs, les pensées des autres et les moqueries de tout ceux qui refusent d’y croire, tant pis si demain il se déteste et s’esquive encore une fois, efface les traces pour ne pas les assumer, se plaît à nouveau à la repousser. Tout ce qu’il veut c’est une soirée coupée du monde et tant pis si ça doit rouvrir les plaies, y jeter l’acide et les regarder s’épaissir. Il y a simplement ce besoin de s’échapper, délier les espaces, goûter à ce passé qui l’a tant exalté qu’abîmé même s’il ne l’admettra jamais. Et pourtant Deirdre elle s’en va, elle va s’échapper alors sans réfléchir il lui attrape le poignet, la sent se tendre avant de la relâcher. Reste « Reste» ça lui échappe mais dans la seconde y’a le rire nerveux qui l’efface, qui prend trop de place quand il essaie de se rattraper. « Je veux dire… » C’est triste au fond, qu’en presque un an à ses côtés, Deirdre ne l’ai sans doute jamais vu si proche de la sincérité. Mais comme d’habitude, il finit par esquiver malatroitement . « C’est pas plus mal que tu l’ai fait partir. » C’était pas son monde. Pas le tien non plus. Mais elle est là Deridre, réelle, alors ça lui suffit pour croire qu’il a tout à voir avec ce foutu bar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ashes heart (Deirdre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT US :: wild world :: the world-
Sauter vers: