AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 take me to church, (lenny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Eli Murphy
puppynut d'amour
pseudo : clo.
messages : 47
célébrité : ethan hawke.
crédits : avatar (c) hallows.
double-comptes : juliana, jim, elisa, neo, braeden, amaranth, eleanor, michael.
MessageSujet: take me to church, (lenny)   Ven 10 Nov - 17:48

Il n’aurait pas pensé que ça le frapperait autant. Les quelques mots que le principal lui avait murmuré après être entré dans sa classe, au beau milieu de son cours. La face du gamin paumé qui s’était levé quand le directeur lui avait demandé de le suivre. Il n’avait pu qu’imaginer la discussion qui s’en était suivie. Il pouvait presque ressentir le point chaud sur la nuque du lycéen — ce même point chaud dont il n’avait pas réussi à se débarrasser du reste de la matinée. Il avait donné la suite de son cours plus machinalement qu’activement. Les élèves avaient réussi à suivre, malgré l’ambiance considérablement alourdie par l’absence de leur camarade. Comme si tout le monde avait tenté de faire un effort pour oublier que Timothy avait pris ses affaires, et était parti. Mais lorsque la cloche avait sonné, tous s’étaient enfuis sans demander leur reste. Il avait réussi à couper court aux bavardages durant l’heure de cours ; mais dans le hall et à la cafétéria, il savait que les rumeurs fuseraient. Jusqu’à ce que Timothy ne réponde finalement aux messages inquiets de ses camarades, pour leur dire ce qui était arrivé. Leur dire ce qu’Eli avait deviné, lorsque le principal avait murmuré à son oreille qu’il y avait eu un incident avec son père, et que le gamin allait devoir rentrer chez lui. L’addition s’était faite rapidement dans l’esprit du Murphy. Fallait pas être un génie pour comprendre ce qu’un incident voulait dire, lorsqu’on savait que le père en question était en mission au Moyen-Orient.

Lorsqu’il avait ramassé son manteau en salle des profs, ç’avait été pour capter au moins autant de ragots que dans les couloirs. Il s’était bien abstenu de commenter, souriant aux saluts qu’on lui avait adressés, et souhaitant un bon weekend à tous. Il avait répondu à une question d’un élève qui l’avait interpellé, près de la porte de sortie de l’école ; puis, il avait marché jusqu’à l’emplacement où il avait garé la voiture familiale, et était rentré. La tête aussi vide que remplie de souvenirs dont il aurait préféré se passer. Sachant pertinemment que ses collègues comme ses élèves ignoraient que lui aussi avait servi — ignoraient ce que Timothy, à cet instant précis, devait ressentir.

Arrivé à la maison, il avait laissé tomber son sac dans son bureau, et s’était pris à ranger tous les jouets qui traînaient. À les remettre sur les étagères de leurs propriétaires, ou dans les coffres à jouet associés. À rassembler les pastelles dans les pots, à empiler les feuilles plus proprement. Il ne réfléchissait pas à ses gestes — il se contentait de les poser. Il ne savait plus si Lenny devait rentrer pour souper, ou si elle avait pris son après-midi. La notion de temps et de lieu était en train de lui échapper — et les grognements de son estomac, auquel il semblait avoir été rendu sourds, ne faisaient que le confirmer.

Quand il entendit la porte d’entrée s’ouvrir, il sut que Lenny était rentrée. Qu’elle avait bel et bien pris sa demi-journée — qu’il l’avait juste oublié. Il était assis sur le lit. Le rangement de la maison s’était arrêtée à la moitié du couloir, à l’étage. Puis il n’avait pas eu d’autre préoccupation que d’aller se changer. Une fois dans la chambre, il s’était assis sans même avoir l’esprit d’ouvrir la porte de la garde-robe, histoire de trouver quelque chose d’autre à enfiler. Il avait ouvert les premiers boutons de la chemise lorsqu’il entendit Lenny ôter ses chaussures et poser son sac. Et sa voix s’éleva de l’étage, assez puissante pour qu’elle l’entende, avant même qu’elle n’ait le temps de l’appeler. « I’m upstairs. » And I’m truly glad you’re home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whataboutus.forumactif.com/t5-lone-digger-eli#6
avatar
Lenny Morland
petit chanosaure des îles
pseudo : hallows (marianne).
messages : 23
célébrité : jenna coleman.
crédits : (c) blue walrus.
double-comptes : josh, mica, felix, clara, darcy, fabian, enora.
MessageSujet: Re: take me to church, (lenny)   Ven 17 Nov - 23:21

« Oh come on, Ben. You know I took the rest of the day off. » Le trentenaire haussa les épaules devant le regard lassé de Lenny. Cette dernière eut un léger soupir et pris la clé USB des mains de son collègue. Un après-midi – ce n’était pas grand-chose, après tout. Elle aurait dû partir voilà déjà vingt minutes de ça, déjà, et voilà qu’un autre délai venait s’imposer. « Sorry, Lenny. » Lenny jeta à Ben un regard entendu et retourna à son bureau, se laissant tomber dans sa chaise avec une certaine nonchalance. La révision ne serait pas longue à faire, elle le savait, et ce n’était pas du tout la faute à Ben – mais Lenny avait hâte de rentrer à la maison. La semaine avait été longue, et son après-midi constituerait des minutes précieuses passées seule avec Eli. Les occasions où ils se retrouvaient juste tous les deux dans une maison silencieuse se faisaient rares depuis quelques années – non mais que Lenny s’en plaignait. Elle aimait sa famille, et leur vie, cette belle petite bulle qu’ils s’étaient construits, loin des tragédies et de la douleur du passé. Mais elle ne laissait jamais passer un moment de quiétude avec son Eli – et devoir le retarder à cause d’un client capricieux ne faisait pas nécessairement son affaire.

Lenny compléta cependant la tâche sans trop rechigner – et moins d’une demi-heure plus tard, elle embarquait dans sa voiture. Direction, la maison, à quelques vingt kilomètres des bureaux de Line&Space. À cette heure, heureusement, le traffic était agréable, et Lenny entre-ouvra la fenêtre pour laisser entrer un peu d’air alors qu’elle conduisait vers la maison. Une fois garée dans l’entrée, elle amassa son sac et la nourriture thaïlandaise qu’elle avait ramassé au passage et se dirigea vers la porte. Cette dernière ouverte, elle s’engouffra dans la maison, soupirant de soulagement à l’idée d’être enfin chez elle. Cette maison, ils ne l’avaient pas depuis longtemps – mais Lenny s’y sentait déjà bien. Il y avait tout ce qu’il fallait – de l’espace, de la lumière. Assez de pièces pour accommoder le couple et leurs quatre petites filles, qui n’étaient plus toutes si petites que ça. Déposant ses affaires sur la table près de la porte, Lenny se pencha pour enlever sa chaussure.

Eli était déjà arrivé, c’était évident – la voiture était dans l’entrée et ses chaussures posées près de la porte. Et alors que Lenny alla pour ouvrir la bouche, voulant signaler sa présence, une voix familière s’éleva de plus loin dans la maison. « I’m upstairs. » Lenny retira sa deuxième chaussure. « Coming! » répondit-elle d’une voix assez forte pour qu’Eli puisse l’entendre. Elle constata qu’un peu de rangement avait été fait depuis ce matin, ce qui lui attira un petit sourire – elle posa la nourriture au réchaud, et se dirigea vers l’escalier pour la monter rapidement.

Elle n’eut aucune difficulté à trouver Eli – il était dans leur chambre, assis sur le lit, la chemise à peine déboutonnée. « Sorry I didn’t get here earlier. One of our clients was being bitchy, and there was a line at the restaurant. » Lenny débita les nouvelles en enlevant sa veste, la jetant sur la petite chaise près de la fenêtre qui servait plus de débarras que sa véritable fonction. Puis elle se tourna vers Eli, s’approchant pour lui donner un baiser avant de procéder à changer sa jupe et chemise pour des vêtements plus comfortables – quand elle vit l’expression sur ses traits tirés.

Lenny s’arrêta net, observant le visage de celui qui partageait sa vie depuis des années maintenant. Elle le connaissait mieux que personne, et ce depuis toujours – alors elle savait que quelque chose clochait. « Eli? » Les yeux vides, les bras lourds. Quelque chose s’était passé, visiblement. Lenny prit place à ses côtés sur le lit, posant un regard doux sur lui. « Honey? What is it? » Inutile de lui demander s’il était ok – elle savait ce qu’il répondrait. Ce qu’elle voulait savoir, c’était ce qui avait pu le mettre dans cet état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whataboutus.forumactif.com/t7-stars-in-her-eyes
avatar
Eli Murphy
puppynut d'amour
pseudo : clo.
messages : 47
célébrité : ethan hawke.
crédits : avatar (c) hallows.
double-comptes : juliana, jim, elisa, neo, braeden, amaranth, eleanor, michael.
MessageSujet: Re: take me to church, (lenny)   Sam 25 Nov - 20:03

Lenny est rentrée. Ça devrait le réjouir, ça devrait lui donner envie de se lever et d’aller la retrouver. De l’embrasser, de lui demander comment s’est passé sa matinée. Mais à ce moment précis, il n’était pas certain de comprendre ce que ce retour éveillait comme émotion en lui. Il n’était ni inquiet, ni soulagé. Ni heureux, ni malheureux. Tout ce qu’il voulait, c’était voir son visage apparaître dans l’encadrement de la porte, et ne pas avoir à prétendre que tout allait bien. Tout ce qu’il voulait, c’était ne pas avoir à bouger de ce lit où il avait pris place il y avait quelques minutes déjà, et qu’il n’avait pas envie de quitter depuis.

Lorsqu’il signala sa position, elle lui répondit sans tarder. Ainsi, elle n’aurait pas à le chercher. Elle aurait juste à faire ce qu’elle avait à faire au rez-de-chaussée, puis à monter pour venir le trouver. Elle aurait juste à se pointer et à lui raconter son début de journée. Et lui pourrait rester assis, à enlever cette chemise un peu trop lentement, dans l’optique de la troquer contre un t-shirt. Il ne se rendait même pas compte du temps que prenait chaque geste. Ne se rendait pas compte que ses mains étaient retombées sur ses cuisses, et qu’il fixait le vide sans parvenir à en dégager le moindre sens. Le silence l’imprégnait, l’oppressait — uniquement rompu par les petits bruits que Lenny produisait, à l’étage du dessous. Il essayait de se concentrer sur quelque chose, mais rien n’y faisait. Son corps s’était immobilisé, attendant fatidiquement le moment où la petite Morland passerait le pas de la porte pour le trouver là.

Et finalement, elle le fit. Elle entra, petite tempête d’énergie, s’excusant de son retard et lui en expliquant les raisons. Les yeux d’Eli se relevèrent vers elle, l’observant simplement. Il crut que les mots ne sortiraient pas, mais le petit sourire qu’il lâcha pour les encourager fit finalement son effet. « It’s ok. I can wait. » Ses bras n’avaient pas repris leur activité. La chemise n’avait guère que deux boutons de défaits, et il lui semblait que porter la main au suivant serait un effort qu’il n’avait pas le courage de donner. Lorsque Lenny s’approcha finalement pour l’embrasser, après avoir jeté sa veste sur la chaise prévue à cet effet, il l’observa se figer. Le baiser suspendu dans les airs, ne trouvant jamais son point d’arrivée sur les lèvres de celui qui, pourtant, l’attendait.

Sans plus s’éterniser, elle prit place à ses côtés. Le son de son prénom, déposé à ses côtés par cette voix si douce, fit dévaler un frisson le long de sa colonne vertébrale. Il releva les yeux vers elle, tandis qu’elle lui posait sa question — simple, mais sincèrement désireuse de connaître les faits. Des faits qu’il ne serait pas capable de lui cacher, elle le savait. Il n’avait aucun secret pour Lenny. Les années les avaient tous effacés, un à un, et ceux qui subsistaient n’étaient guère que des souvenirs qu’ils ne s’étaient pas encore partagés. « Nothing. Nothing. » Au moment où il se répéta, ses yeux se baissèrent vers ses genoux. Il se racla doucement la gorge, levant finalement sa main pour la déposer sur sa nuque. Soupirant. « It’s just… This kid, in one of my classes. Timothy. » Il déglutit. Les mots s’accumulaient dans le fond de sa gorge, chacun plus difficile à déloger que le précédent. « His mother gave a call to the school, and came to pick him up. His father died yesterday in Afghanistan. » Doucement, sa main retomba sur ses genoux, venant chercher l’autre. Il se mit à serrer ses poings l’un avec l’autre, sans même relever les yeux vers Lenny. Il n’y avait pas de larmes, dans sa voix. Pas vraiment de tristesse, non plus. Rien qu’une lassitude, pénible à endurer. Rien que des souvenirs, qu’il n’était pas tout à fait capable de chasser. Une impression de déjà vu, qui lui collait à la peau — collait au palais. À croire que tout ça ne se terminerait pas. À croire que tout ça continuerait de le hanter, à tout jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whataboutus.forumactif.com/t5-lone-digger-eli#6
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: take me to church, (lenny)   

Revenir en haut Aller en bas
 
take me to church, (lenny)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHAT ABOUT US :: idaho, usa :: deary-
Sauter vers: